Rejoignez-nous sur Facebook


SAISON 0708

  • JPEG - 32.5 ko
    lesoussol2©martinvanabeele
  • JPEG - 34.7 ko
    lesoussol©martinvanabeele

LE SOUS-SOL

DANSE

Compagnie Peeping Tom



PRODUCTION
Peeping Tom / Kvs / Charleroi-Danses.
Coproduction Théâtre De La Ville, Paris.

Durée 1h20
TARIF A

CRÉATION & INTERPRÉTATION
Gabriela Carrizo, Samuel Lefeuvre, Franck Chartier, Eurudike De Beul, Maria Otal

MUSIQUE
Schnittke, Stravinsky, Mahler, Schumann

SON
Sibren Hanssens

MEZZO SOPRANO
Eurudike De Beul

DÉCOR
Peeping Tom

RÉALISATION DÉCOR
Atelier Kvs

TECHNIQUE
Yves Leirs

FIGURANTS
Ida Hendrickx, Leen Snepvangers, Maurice De Keyzer, Irène Goveia, Jo Steppe

OF
Jacqueline Soetewey

Par le trou de la serrure, par les fentes du plancher, regarder voir… Peeping Tom, nom de ce collectif flamand, signifie « voyeur ». Et c’est à cette indiscrétion majeure que nous convient ces deux pièces : voir où l’on ne voit pas d’ordinaire, où l’on ne va même jamais. Le Salon et Le Sous-sol sont les deuxième et troisième volets d’une trilogie entamée avec Le jardin, qui questionne sans détour ce qui nous fonde et nous fabrique : les rapports familiaux. Tout au long d’une vie, et même après, puisque le sous-sol de la pièce est celui où s’ébattent les morts, où se perpétuent leurs échanges, sans pudeur excessive, les convenances laissées derrière. Comment parvenir à dire cela sans lourdeur, dans la grâce ? Par le génie du geste, et sa musique : la troupe de Peeping Tom fait du théâtre dansé dans la jeune tradition belge. Ensemble ils « cherchent un mouvement puis le développent en boucle, comme une phrase musicale, avec un refrain et des couplets ». (Samuel Lefeuvre) En mouvement : c’est aussi ce qui rend ce propos osé possible, jamais morbide. Vivant toujours, même après la mort : vivant.


Le sous-sol

« Ce dernier volet de la trilogie s’inspire entre autre du livre de Dostoïevski, « Bobok », que nous aimerions développer une direction différente. En effet, plusieurs personnages morts se retrouvent à discuter, ils se cherchent, se trouvent mais ne se reconnaissent pas, et surtout ce qui nous intéresse : ils parlent de leur mort, le pourquoi et le comment dans leur destin déjà tracé, nous aimerions parler des sujets graves et importants avec humour et dérision.

Nous aimerions partir de ce thème, pour développer le mouvement par une structure très mathématique, très froide et très technique qui, de toute évidence, renforcera l’émotionnel théâtral. Reprenant les personnages qui représentent les 4 générations du « Salon », nous décomposerons par la danse, leur mort en deux catégories : la mort accidentelle, brutale et rapide et la mort par maladie, longue et douloureuse. En utilisant une mousse encore plus épaisse sous le sol, ajouté à l’effet du terreau noir, nous essayerons d’explorer encore plus loin les possibilités dangereuses de sauts et de retombées, nous permettant encore plus de possibilités gestuelles, et nous ouvrant la voie vers une diversité de mouvement impossible à réaliser sur un lino normal.


La musique

Comme pour les deux premières parties de la trilogie, nous suivrons la même structure musicale, avec comme pilier central certains concertos choisis d’Alfred Schnittke, qui prendront ici avec « Le Sous-sol » leur pleine force. Nous reprendrons aussi certaine pièces déjà utilisées dans les deux premières parties pour aider à illustrer le parcours des personnages dans leurs vies passées, leurs souvenirs, les morts aussi se souviennent de fortes émotions musicales…Nous reprendrons aussi les tubes pop, chers à leur passé, qui serons réécrits par notre groupe composé d’une harpe, d’un violon, d’une guitare, et batterie ; et interprétés sur scène par la mezzo-soprano. » (Peeping Tom)



Le Grand R
Saison 17—18

Scène nationale
La Roche-sur-Yon
Renseignements au 02 51 47 83 83


Le Grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon, établissement d'action culturelle appartenant au réseau de la décentralisation artistique et culturelle
Licence d’entrepreneur de spectacles 1-1075762, 1-1075763, 1-1075764 / 2-1075765 / 3-1075766