Rejoignez-nous sur Facebook


SAISON 0708

  • GIF - 150.9 ko
    EN ATELIER
    quelques partcipantes au stage "écrire l’atelier d’écriture"
  • GIF - 123.4 ko
    PHILIPPE RAULET - livres
  • GIF - 119.3 ko
    PITIES
    (de Philippe Raulet, chez Verticales, 2003)
  • GIF - 159.6 ko
    Lire à Gueffier
    au mur : des toiles de Gratienne Salmon
  • GIF - 124.1 ko
    en hommage.
    en hommage, livres et fleurs.
  • GIF - 156.9 ko
    G.Potier, D.Bondu, C.Barreau
  • GIF - 137.8 ko
    Hommage
  • GIF - 165.1 ko
    D.Bondu , C.Barreau
  • GIF - 120.5 ko
    G.Potier
  • GIF - 145.8 ko
    G.Potier
  • GIF - 101 ko
    en lecture : Pitiés par C.Gaudeau, JC Gauthier
  • GIF - 123.4 ko
    Lire, écouter.
  • GIF - 107.1 ko
    PITIES par C.Gaudeua, JC.Gauthier, G.Blanchard
  • GIF - 115.6 ko
    C.Sauvion

Philippe Raulet - un hommage

pour nous, pour vous, pour Philippe Raulet, ce superbe texte écrit par Dominique Bondu à l’occasion de cet hommage

"L’écart se fait croissant entre la notoriété médiatique, la reconnaissance sociale qui en résulte, et la véritable qualité d’un artiste, la force de son œuvre. Ainsi en est-il des écrivains.
Philippe Raulet, mort à 66 ans le 22 mai 2006, est un immense écrivain. Il sera resté un… illustre inconnu.
Mais de cette absence de notoriété il n’avait cure. Jamais il ne se sera préoccupé de reconnaissance sociale, de prestige.

Comme deux fils rouges continus, deux exigences fortes auront orienté toute la vie de Philippe Raulet. De ces deux exigences, librement consenties, parfaitement réfléchies, il aura accepté d’en assumer toutes les implications pour sa vie et pour son travail d’écrivain.
Ainsi, Philippe aura fait siens – ontologiquement – ces deux impératifs : la conquête de la liberté, d’une part, et le sens de l’altérité d’autre part."

La suite est à télécharger en pdf :

PDF - 71.2 ko
hommage Raulet parDBondu

« Il me vient l’expression : « embrasser une réalité »... Ça résonne comme « brasser » (que ce soit la montrer, la démonter, voire la dénoncer violemment) mais avec quelque chose en plus, non ?... À mon sens, il faut une foutue dose d’amour ou d’attente de quelque chose (d’autre) de l’humain pour « grincer » comme le font Rimbaud, Lautréamont, les autres... C’est en fait difficile de parler brièvement de cela sans chausser les gros sabots... On arrête là. »


Philippe Raulet, né en juin 1940, dans l’Aube, décédé à Paris le 22 mai 2006, est un auteur dont la voix discrète, trop discrète sans doute, résonne en nous. Suite à sa visite, heureuse, en nos murs, en novembre 2005, avec Gérard Potier à qui il a prêté oreille et plume, pour aboutir à une écriture à quatre mains du spectacle « S’il pleut vous ramasserez mon linge », visite qui, c’était sûr, n’était que la première de nombreuses autres. Nous en étions convaincus. Depuis Philippe a disparu mais la promesse restait à tenir, même en son absence. Ce fut fait.

Trois jours d’hommage ; le spectacle de Potier, un chaleureux mot d’hommage, un stage d’atelier d’écriture consacré à ce qu’il en a écrit, des ateliers, Raulet. Et une lecture en grand format. Le programme en est détaillé ici.
Toute cette fin de semaine du 19 au 21 janvier fut consacrée à son œuvre et à saluer sa mémoire, en fraternité, dans la joie. Joie de rire à pleine gorge, voyant s’esclaffer et s’émouvoir une pleine salle devant le spectacle de Gérard Potier (« Philippe a donné sa noblesse à mon oralité » nous dit Gérard à un moment de ce week-end), joie d’entendre les deux témoins, Gérard Potier et Dominique Bondu saluer l’homme, son écoute et surtout cette grande liberté : liberté face aux sirènes, aux flatteurs, face à son propre ego. Joie de participer, public et comédiens mêlés (mêlés dans la scénographie, mêlés aussi dans l’effort ensemble), à une longue et heureuse lecture de Pitiés. Merci à Guy Blanchard, Cédric Gaudeau, Jean-Claude Gauthier, Christophe Sauvion, performants récitants, à Jean-Luc Béranger, guitariste au travail, ainsi qu’au public, tous participants de cette douce expérimentation collective. Lecture durant laquelle, fidèle à son « habitude » (ainsi qu’il l’a fait à Gérard lors d’une récente audition dans une salle parisienne), Philippe Raulet plongea par deux fois la salle dans le noir, pour mieux faire entendre ses voix… comme pour nous faire signe.

Il reste maintenant à retourner lire, et relire, du Raulet



Le Grand R
Saison 17—18

Scène nationale
La Roche-sur-Yon
Renseignements au 02 51 47 83 83


Le Grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon, établissement d'action culturelle appartenant au réseau de la décentralisation artistique et culturelle
Licence d’entrepreneur de spectacles 1-1075762, 1-1075763, 1-1075764 / 2-1075765 / 3-1075766