Rejoignez-nous sur Facebook


SAISON 0809

  • JPEG - 25.3 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 18.6 ko
    M. Bardin, lycée Pierre-Mendès-France
  • JPEG - 26.1 ko
    Collège Saint-Louis, au musée de la Résistance et de la Déportation
  • JPEG - 25.5 ko
    Didier Daeninckx et M. Barbeau, du collège Saint-Louis, au musée de la Résistance et de la Déportation
  • JPEG - 30.5 ko
    Lycée Nature, à La Roche-sur-Yon
  • JPEG - 11.2 ko
    Rencontre Maison Gueffier
  • JPEG - 28.3 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 19.6 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 25.5 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 19.1 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 20.7 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 17.5 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 28.9 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 20.7 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 22.6 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 27.6 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 18.8 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 27.8 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 24.4 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 15.6 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 18.9 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 21.5 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 31.2 ko
    Collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte
  • JPEG - 28.4 ko
    Médiathèque / Présentation du film noir par Valéry Verger

La semaine de Didier Daeninckx

Didier Daeninckx était l’invité de la Maison Gueffier


Traces de la présence de Didier Daeninckx du mardi 20 au samedi 24 janvier 2009


Rencontres dans les établissements scolaires

La présence des écrivains est une invitation à entrer dans la proximité de la littérature, à faire sienne une pratique de la lecture en lien avec la construction de son parcours de vie, à s’autoriser à écrire, à être partie prenante de l’activité artistique et de la vie culturelle (en tant que lecteur et usager des institutions).

Mardi 20 Janvier

Rencontre avec la classe de seconde de M. Bardin, lycée Pierre-Mendès-France
« On n’écrit jamais “pour” ! L’écriture c’est toujours “contre” […] Moi, je suis contre le pouvoir, contre la disparition de la mémoire. […] Qu’est-ce que fait un enquêteur sinon comprendre pourquoi la catastrophe est advenue à partir des traces. C’est toujours un travail sur les traces : celles laissées par l’assassin, par la victime, par les indifférents. […] À une époque où le robinet n’arrête pas de couler, où on n’a pas encore eu le temps de réfléchir sur les choses qu’elles sont déjà mortes, où la guerre du Golfe est emportée par la Yougoslavie, la Yougoslavie par le Rwanda, et où l’on n’a pas le temps de comprendre ce qui arrive et qui est pourtant d’une importance capitale, le travail des traces, le travail de compréhension, de freinage du temps incombe uniquement aux romanciers et, bien plus tard, dans un deuxième temps, aux historiens. Les journalistes, eux, sont emportés par le temps, dépassés par les nécessités de l’actualité. Il faut que le romancier puisse résister à cela. »
(Extraits de « Visite du chantier », entretien avec Christine Calet in Écrire en contre, Vénissieux, Paroles d’Aube, 1997.)

• Rencontre avec les classes de 3e de Thierry Barbeau et Michèle Turi, collège Saint-Louis, chez madame Gouin, musée de la Résistance et de la déportation
Au collège Saint-Louis, les élèves des classes de 3e C et D travaillent sur l’histoire du XXe siècle en français, en histoire et en arts plastiques. Ils donneront un spectacle en fin d’année pour en présenter les événements marquants.

100 cartons pour un siècle
100 cartons pour une vie
100 cartons pour tous ceux dont on ignore le nom
100 cartons pour revivre le passé et pour retracer ce siècle tragique

1 siècle d’événement entre rire et horreur
1 siècle de mémoire à travers ces boîtes noires
1 siècle de souvenirs qui méritent d’être racontés
1 boîte par année qui retrace le début ou la fin d’une vie

100 cartons qui sont bien plus que des cartons
Lesquels choisir ? Lesquels oublier ?
Quelles années conserver ? Quelles années effacer ?
Serait-ce seulement possible ?

L’histoire d’une heure, nous allons rejouer et ouvrir ces boîtes à chagrin
L’histoire d’une heure nous allons réveiller des souvenirs enfouis
Comme s’il suffisait d’ouvrir une boîte pour y relire l’histoire de sa famille ou l’histoire du monde

L’histoire entre nos mains
L’histoire entre vos mains
L’histoire pour préserver demain

(Texte collectif d’élèves)


Mercredi 21 janvier
Rencontre avec les classes de seconde de Martine del Barrio, lycée Nature, La Roche-sur-Yon
« Le lieu est le personnage principal de chacun de mes romans. J’ai besoin de l’apprivoiser, de faire un travail de repérage géographique et humain. J’ai besoin de rencontrer les gens, d’aller dans les troquets. C’est aussi une recherche historique. Il me faut savoir ce qui s’est joué là, à quoi répond le fait qu’il y ait une ville à cet endroit. C’est un travail de vérification. J’ai envie d’écrire un roman qui se passe à un endroit particulier pour les besoins d’une histoire particulière. Est-ce que le lieu va être assez “costaud”, assez riche pour justifier le roman ? La connaissance du décor est en même temps une vérification de la nécessité du roman. Une fois que c’est établi, le lieu est la structure du roman. Dès qu’il est en place, je commence à bâtir l’histoire et donc à suivre les personnages. Mais les personnages apparaissent et commencent à se structurer dans un deuxième temps. »
(Extraits de « Visite du chantier », entretien avec Christine Calet in Écrire en contre, Vénissieux, Paroles d’Aube, 1997.)


Jeudi 22 janvier
Déjeuner et après-midi avec deux classes de 5e de Frédérique Millet-Grolleau, collège André-Tiraqueau, à Fontenay-le-Comte.
Propos entendus en classe
– Pourquoi on fait tout ça ? C’est une personne comme les autres !
– On fait ça pour le collège, il a mauvaise réputation alors là, ça sera mieux.
– C’est pour nous faire comprendre que la télé, c’est pas un monde de rêves.
– Ça sert pour les profs, pour qu’ils le voient !
– C’est pour pas regarder que la télé mais aussi lire. (Rires des autres). Ben si, moi maintenant je lis presque tous les soirs dans mon lit. Avant jamais. La semaine d’avant j’ai lu L’Enfant du zoo, avant–hier j’ai lu ses deux nouvelles, à Daeninckx, et hier j’ai lu un livre qu’on m’a offert il y a longtemps et que j’avais jamais lu... Ça fait bizarre.

Portrait chinois de Didier Daeninckx par les élèves (extrait)
SI DIDIER DAENINCKX ÉTAIT UN ANIMAL, CE SERAIT :
– un chat : « parce qu’il est joueur », « parce qu’il est calme et faut pas l’énerver », « parce que comme il ne nous connaissait pas, au début il était dans son coin puis après il s’est apprivoisé » ;
– une perruche : « parce qu’il cause toujours » ;
– un hippopotame : « parce qu’il est cool et curieux » ;
– un léopard : « parce qu’il est calme et sauvage » ;
– un loup : « parce que quand il y a une injustice, il se frotte à EUX » ;
– un poisson : « parce que l’océan est vaste et il va où il veut quand il veut » ;
– un lion : « parce qu’il a l’air de dormir tout le temps, il est calme mais il peut être énervé [dans ses livres] ! »
– un caméléon : « parce qu’il se fond dans le paysage mais il peut manger par surprise : il rigolait sans qu’on s’y attende » ;
– un dragon : « parce qu’il est connu, grand, reconnu et respecté, comme un dragon, et ses livres crachent du feu ».

SI DIDIER DAENINCKX ETAIT UNE CHANSON, CE SERAIT :
– « Une chanson douce parce qu’il est doux avec nous, doux avec ses livres, il n’écrit pas n’importe quoi et il n’écrit pas les choses directes, brutes, il prend le temps de dire et d’écrire » ;
– « Un rock, à cause de son look » ;
– « Ma Terre, de Christophe Maé, parce qu’il voyage et qu’il défend des causes, et il est connu dans le monde ».

SI DIDIER DAENINCKX ETAIT UNE COULEUR, CE SERAIT :
– vert : « parce qu’il fait nature, parce qu’il est libre », « à cause de son costume » ;
– rose pâle : « parce qu’il est calme et posé » ;
– bleu : « parce que c’est une couleur que j’aime », « parce que c’est la couleur de la Terre, de l’océan : il est calme, nature ; il voyage et il est doux comme l’océan » ; « parce que c’est la couleur du ciel et quand il écrit, il est comme le ciel : c’est calme ou c’est l’orage » ;
– transparent : « parce qu’il est discret et surtout il sait nous parler. et en même temps parfois il était ailleurs, il s’en va. Comme quand il raconte Martin Eden : c’est comme s’il était dans le livre ou dans sa chambre. Et il est timide » ;

SI DIDIER DAENINCKX ETAIT UN ELEMENT, CE SERAIT :
– la terre : « parce qu’il n’a pas la tête dans les nuages quand il écrit un livre » ;
– l’eau : « parce que c’est bleu et parce qu’il est doux » ;
– le feu : « parce que ça brûle comme lui à l’intérieur » ;
– l’air : « parce que l’air est partout et lui voyage », « parce que l’air est partout et lui dénonce et il voit tout », « parce que l’air est partout et lui est traduit partout ».


Vendredi 23 janvier
Rencontre Maison Gueffier avec 2 classes de 3e de Caroline Schuman-Lepley, collège Herriot.

Propos d’élèves
– Quand j’ai su que nous allions rencontrer Didier Daeninckx, j’ai pensé que nous avions de la chance car cela n’arrive pas souvent de discuter avec un écrivain connu.
– Je suis très impatiente car c’est intéressant de rencontrer l’auteur de livres qu’on a lus.
– Je connais mieux sa façon d’écrire et de construire ses livres, mais j’ai plein de questions à lui poser sur son métier, le choix des thèmes abordés...
– J’ai apprécié qu’il réponde à nos questions car un lien entre lui et nous s’est créé et ses réponses étaient très claires.
– J’aime bien sa générosité : il prend de son temps pour nous répondre et pour nous rencontrer.
– Maintenant que j’ai lu deux de ses livres, je suis très enthousiaste à l’idée de le rencontrer et j’ai plein de questions à lui poser.
– J’espère que cette rencontre va m’apprendre des choses sur le métier d’écrivain car cela m’intéresse depuis longtemps.
– J’espère que Didier Daeninckx va nous parler de sa vie, de ce qui lui a donné envie d’écrire.
– Je voudrais en savoir plus sur le genre policier.
– Je trouve que les livres de Didier Daeninckx sont intéressants ; surtout Cannibale qui m’a beaucoup plu.
– Les livres que j’ai lus sont captivants : quand je les ai commencés, je ne me suis plus arrêté.
– Les livres de Didier Daeninckx me semblent complexes et ne correspondent pas à ce que j’ai l’habitude de lire ; mais je trouve intéressant de découvrir de nouvelles choses.


Des rendez-vous
mardi 20 janvier
Atelier « Livres en poche », Maison Gueffier : présentation de Camping de Abdelkader Djemaï.

mercredi 21 janvier
Rencontre et lecture publique d’extraits de La Mémoire longue, textes et images 1986-2008, publié au Cherche-midi, et de nouvelles inédites à paraître en 2010.


Le Grand R – Saison 16/17

Scène nationale
La Roche-sur-Yon
Renseignements au 02 51 47 83 83


Le grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon, établissement d'action culturelle appartenant au réseau de la décentralisation artistique et culturelle
Licence d’entrepreneur de spectacles 1-1075762, 1-1075763, 1-1075764 / 2-1075765 / 3-1075766