Rejoignez-nous sur Facebook


SAISON 0809

  • JPEG - 12 ko
  • JPEG - 17.3 ko
  • JPEG - 18.7 ko
  • JPEG - 16.9 ko

Rokia Traoré

MUSIQUE

Il faut la voir chanter,
bouger sur scène… Elle est unique.

EN PARTENARIAT AVEC FUZZ’YON
AVEC LE SOUTIEN DE CHANTS SONS

Durée 1h30, tarif A








(commande valide à partir du 16 septembre 2008).


Chant, guitares Rokia Traoré ;
Chœurs Nabah Traoré ; Diabaté n’goni Mamah ;
Guitare Sibiri Koné ;
Basse Christophe « Disco » Minck ;
Batterie Vincent Taeger.

Peut-être parce qu’elle a grandi dans les pas nomades
d’un père diplomate, elle ne se cantonne ni à la musique
du Mali, son pays d’origine, qui pourtant l’inspire ; ni à la
« world music ». Elle puise là où lui semble bon, du côté du
jazz américain et du rock aussi, pour se forger son style à
elle. Elle chante The man I love des frères Gershwin, elle
chante une « Lady » du Nigeria… À vingt-sept ans et en
trois albums à peine, Rokia Traoré s’est imposée comme
le talent le plus étonnant et le plus précoce d’Afrique
de l’Ouest. Après plusieurs projets prestigieux menés
Outre-Atlantique, Rokia Traoré est de retour sur scène
avec un nouvel album, Tchamantché. Davantage porté
vers l’afro-groove, ce disque marque un changement
de cap dans le parcours d’une artiste qui reste une
« song-writer » ayant réussi le pari peu commun de
bousculer la tradition tout en y puisant avec fierté
ses racines.


Découvrez Rokia Traoré sur son site officiel


La presse en a dit :
« Aujourd’hui enfin, Rokia présente avec ce disque les dernières avancées d’un univers qui a déjà profondément modifié le regard que l’Occident peut porter sur le musique africaine. « J’avais besoin d’un nouveau départ », explique Rokia. « J’avais besoin de me sentir de nouveau comme quelqu’un qui commence sa carrière. J’adore expérimenter, essayer de faire les choses différemment. C’est ce que j’ai fait en intégrant le son de la guitare Gretsch dans mon univers et en développant ma musique à partir de ce qu’elle m’amenait de différent. » » (Robin Denselow
The Guardian, BBC Newsnight, Londres, mars 2008)

« Rokia Traoré rappelle Miriam Makeba, dans ses poses de sorcière - en préambule du match Ali contre Foreman à Kinshasa. Elle rappelle des Africaines qui ont forgé leur identité plutôt que d’en hériter. Elle rappelle d’autres chanteuses, d’ailleurs, qui n’ont rien à voir avec la noirceur. Surtout, elle est unique. Parce que totalement dévouée à la recherche d’elle-même. » ( Arnaud Robert, Le Temps, Genève, mars 2008)

« Cette autorité naturelle culmine sur une reprise terrassante de « The man I love », où elle ramène à elle le fantôme de Billie Holliday dans un geste fait de douceur et d’assurance, qui montre à quel niveau de maturité elle s’est hissée. Rien ne remplace l’expérience, l’assise qu’elle apporte. « À mes débuts, j’étais en quête permanente de perfection, je cherchais volontairement la difficulté, j’étais tout le temps en exercice. Désormais, j’ai ce recul et cette détente qui me permettent d’être plus sereine et de faire des choses ardues sans m’en rendre vraiment compte. » (Richard Robert, Les Inrockuptibles, mai 2008.)



Le Grand R
Saison 17—18

Scène nationale
La Roche-sur-Yon
Renseignements au 02 51 47 83 83


Le Grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon, établissement d'action culturelle appartenant au réseau de la décentralisation artistique et culturelle
Licence d’entrepreneur de spectacles 1-1075762, 1-1075763, 1-1075764 / 2-1075765 / 3-1075766