Rejoignez-nous sur Facebook


SAISON 0809

  • JPEG - 15.7 ko
  • JPEG - 32.9 ko
  • JPEG - 23.9 ko
  • JPEG - 29.4 ko

Thomas Pitiot / Alice et Cécile (1ère partie)

Musique

Une soirée en collaboration avec Chants Sons et Fuzz’Yon pour présenter aux amoureux de la chanson que vous êtes des artistes en devenir de la scène française.

Tarif A









(commande valide à partir du 16 septembre 2008).


Alice & Cécile ont toujours chanté. Ne cherchez pas dans les gènes l’origine de cette passion qui les tient depuis l’enfance, il n’y avait ni musiciens ni chanteurs dans la famille. Autodidactes, elles ont appris toutes seules, à l’oreille. En 2000, elles remportent les Jeunesses Musicales de France (J.M.F) qui les mèneront jusqu’au Cirque d’Hiver à Paris. Suite à un voyage à New-York en 2001, elles rencontrent Enrico Granafei (harmoniciste et guitariste) qui les présente à Patrick Saussois, grand guitariste parisien aux influences manouches, directeur artistique du Label DJAZ Records. Il leur propose d’enregistrer, en 2005, à Paris, leur premier album All you need is a song. Elles y sont accompagnées par un véritable « all stars de jazzmen » tels Pierrick Pedron au saxophone et Alain Jean-Marie au piano. Depuis elles ont fait la première parte de Dee Dee Bridgewater en 2007 et leur album est distribué en Malaisie, Singapour, Hong Kong et Indonésie. Elles jouent sur les plus belles scènes de Jazz parisiennes, Duc Des Lombards ou Caveau de la Huchette. Elles partent en avril 2009 chanter à New York au Trumpets, célèbre club de Jazz de la côte est et travaillent sur leur deuxième album, à sortir en 2010.
Ce soir elles vous présentent un spectacle entre jazz et chansons. Alice & Cécile revisitent les grands auteurs et compositeurs français et proposent des morceaux originaux qu’elles harmonisent elles mêmes à l’unisson, en contre-chant et en canon. Elles sont accompagnées par Alain Jean-Marie au piano. Né en 1945 à Pointe-à-Pitre, il est aujourd’hui le haut représentant de la musique jazz biguine et l’un des meilleures pianistes de jazz sur la scène internationale. Rapidement reconnu comme un partenaire de premier choix, il a accompagné les plus grands tels Chet Baker, Johnny Griffin, Bill Coleman, Christian Escoudé, Stephano Di Batista. Prix Django Reinhardt en 1979, il joue avec les plus grandes chanteuses (Dee Dee Bridgewater, Sarah Lazarus) et enregistre avec Abbey Lincoln. Alain Jean-Marie travaille également en solo, (Biguine Reflections en 1992, qui sera suivi de trois autres opus) et enregistre en 1999 Afterblue,"pour lequel il reçoit le prix Boris Vian de l’Académie du Jazz (1999 - meilleur album de jazz français) et le Django d’Or (2000 - meilleur musicien français de jazz).
Invité spécial : Jean-Luc Béranger que l’on a pu entendre au festival Chant’appart en 2008/09. Guitariste de jazz, il multiplie aussi les expériences dans le classique, le baroque avec “Les folles journées de Nantes” et le Tango d’Astor Piazzolla avec le groupe “Nuestro Tango”. Le jazz est sa passion, en duo, trio, quartet ou quintet. Il compose pour le cinéma, le théâtre, et se consacre à l’arrangement musical de nombreux artistes chanteurs. Après la réalisation des albums Influences en 2003, de Standards en 2005, 2008 voit la sortie de l’album Friends distribué chez Djaz Records.


Thomas Pitiot, 33 ans, vit en Seine-Saint-Denis, entre Dugny et Aubervilliers. C’est son département, c’est là qu’il a grandi. Parallèlement à une scolarité qui débouche sur une licence de Sciences politiques à l’université de Saint-Denis, Thomas se frotte à différentes disciplines artistiques. En marge des académies et des conservatoires, plutôt les deux pieds dans l’associatif, il taquine le piano, la guitare, la batterie, le chant ; à 14 ans, il fait ses premières scènes rock, puis funk, reggae, rap, chanson. Thomas ne cloisonne rien, c’est un casseur de frontières. Il fait le lien avec le théâtre (compagnie Etincelles qu’il intègre à 15 ans pour ne plus la quitter) et s’essaie tour à tour à la comédie, l’écriture et la mise en scène. Il jette un œil du côté du cinéma avec plusieurs premiers rôles et la réalisation de Sofiane et Vanessa, court-métrage primé au festival ciné-vidéo de Seine-Saint-Denis. Il brode à sa manière un tissu associatif local : animation, aide aux devoirs, fêtes de quartier, militantisme avec chaque fois des passerelles vers la musique.
En 2001, avec trois amis, il crée T’InQuIÈTE Productions et c’est le véritable lancement de sa carrière « chanson ».
En 2002, tout s’accélère avec son premier album, Le Tramway du Bonheur, reçu très chaleureusement par le public et les professionnels. Depuis, plus d’une centaine de concerts lui ont permis de faire sa place dans l’univers de la nouvelle scène chanson française en imprimant une marginalité bien vivante. Au cours de ses tournées, Thomas conquiert un public toujours plus large et divers. Autant de formules que de lieux, en plein air, en salle, en duo ou avec toute sa formation, il est un chanteur tout terrain. En 2004, il sort un petit disque au tirage limité Le Baron Perché, fable acerbe qui met en scène un certain Ernest-Antoine ! Parallèlement, il poursuit ses activités sur d’autres fronts : résidences, voyages, ateliers d’écriture, créations originales avec des musiciens d’Afrique de l’Ouest, etc. Cette vie d’enrichissement humain et culturel est un moteur d’inspiration et de création pour lui. En 2005, il sort son deuxième album La Terre à Toto, grand frère du Tramway du bonheur, qui rencontre un accueil aussi chaleureux. Deux années de concerts contribueront à élargir sa famille, dans l’acception africaine du mot. Les griots et les saltimbanques du monde entier ont un sang commun qui coule dans leurs veines. De nombreuses invitations sur scène avec Loïc Lantoine, Agnès Bihl, Toma Sidibé, Casey etc., cousins et cousines d’écriture et d’engagement. En 2007, il crée avec son camarade Yonel Cohen-Hadria et d’autres amoureux de la chanson le Festival Aubercail, le festival des mots dits à Aubervilliers. 33 ans que ce jeune homme parcourt une Seine-Saint-Denis synonyme de ville-monde ; c’est de ce port d’attache qu’il est parti à la découverte de l’ailleurs et les souvenirs qu’il rapporte ont autant le goût d’ici que de là-bas.


Visitez le site et le myspace de Thomas Pitiot.


La presse en a dit :
« PITIOT le prolo gentilhomme est un cas à part, un univers rare : solide et singulier. » (TELERAMA)
« Les textes de Thomas PITIOT sont d’une humanité grosse comme la planète et les musiques colo- rées comme l’arc-en-ciel. De vraies histoires fortes presentées dans un chaudron musical dont la potion peut entraîner, c’est selon, dans le rêve ou dans la danse. Coup de coeur ! » (OUEST-FRANCE)
« C’est de la chanson rebelle que celle de Thomas PITIOT : la beauté des petites gens y est toute entière, magnifiée par une interprétation rare, par une sensibilité peu commune… Il ne peut qu’être notre coup de coeur. » (LE PROGRÈS)
« Avec son drôle d’accent de nulle part, Thomas PITIOT casse les frontières et raconte sa ville-monde, un univers riche en couleurs, en sonorités, en langues, en rencontres. » (L’HUMANITÉ)
« Le prince novateur embrase le public dès les premiers instants, il fait passer avec gentillesse des émotions difficiles. Plus qu’une chanson à texte, une mise en scène théâtrale et un savoir rebondir quasi inné… et au terme du concert, la délivrance : une ovation en récompense. » (LA MARSEILLAISE)
« Thomas PITIOT dont l’indignation colorée aux souri- res d’africaines ou aux youyous des banlieues, va nous être d’une rare utilité pour franchir ces cinq prochaines années. Ses chansons sont comme un arc-en-ciel, un pont naturel qui suggère liberté, égalité et fraternité. Par lui, ça existe encore. » (CHORUS)
Ses textes sont tendres, drôles ou décapants. Il aborde tous les registres, graves et futiles. Incontestablement, Thomas Pitiot se régale (et nous régale) avec les mots. (MARIANNE)



Le Grand R
Saison 17—18

Scène nationale
La Roche-sur-Yon
Renseignements au 02 51 47 83 83


Le Grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon, établissement d'action culturelle appartenant au réseau de la décentralisation artistique et culturelle
Licence d’entrepreneur de spectacles 1-1075762, 1-1075763, 1-1075764 / 2-1075765 / 3-1075766