Rejoignez-nous sur Facebook


SAISON 1011

  • JPEG - 28.2 ko
    Lorette Nobecourt par Richard Dumas
  • JPEG - 29 ko
    Salim Bachi par Jacques Sassier
  • JPEG - 11.5 ko
    Alban Lefranc par P.Bretelle
  • JPEG - 7.2 ko
    JPDubost par MDurigneux

Stages d’écriture

Maison Gueffier

Tarifs
Plein tarif 55 € Sans Carte Grand R | 45 € Avec Carte Grand R
Tarif réduit et très réduit 30 € Sans Carte Grand R | 20 € Avec Carte Grand R



La Maison Gueffier

Les ateliers lecture et écriture

Les expositions

Contacts


Avec le soutien de :



Bookmark and Share

Stages d’écriture

Samedi de 14h à 18h30 puis dimanche de 10h à 17h, Deux jours pour écrire

Samedi 2 et dimanche 3 octobre dans le cadre du festival Météores
Stage réservé au - de 26 ans
Vies imaginaires/ Vies réelles par Alban Lefranc
Chacun choisira un nom propre célèbre (dans quelque domaine que ce soit : art, sport, politique, etc.) et isolera un moment décisif dans cette vie. On s’intéressera alors à ce qui se passe après ce moment, quand la tension retombe. On fera parler des témoins (imaginaires ou non) en multipliant les perspectives.

Samedi 9 et dimanche 10 octobre
Bruit de fond par Alban Lefranc
En s’inspirant librement de Berlin Alexanderplatz de Döblin et de son écriture polyphonique, on imaginera une série de passants traverser la place d’une grande ville. On travaillera à la fois sur les bribes de monologue intérieur qui les habitent, et sur leurs perceptions fragmentaires de la place.

Samedi 6 et dimanche 7 novembre
À la recherche d’Ulysse par Salim Bachi
Choisissez un personnage mythologique, qui vous intrigue et vous dérange : Ulysse, Électre, Médée... Nous travaillerons sur l’importance des mythes dans l’histoire de la littérature et sur ce qu’un écrivain aujourd’hui peut tirer de leur récit. Comment se l’approprier ? Comment le relire par le biais de la fiction et d’un regard différent, d’une époque nouvelle ? Comment redonner vie à ces histoires que l’on pense à tort figées, qui nous en apprennent tant sur nous et notre monde ?

Samedi 11 et dimanche 12 décembre
L’invention du personnage par Emmanuel Adely
Comment crée-t-on un personnage, à partir de quels souvenirs, de quelles scènes vues, de quelle nécessité personnelle ? Toute fiction a besoin d’incarnation, que celle-ci utilise le « je » narratif ou le « il » (« elle »). Mais tout personnage est déjà une « histoire ». En soi. L’atelier se proposera de cerner quelques pistes d’approche pour façonner un personnage, donc, déjà, une fiction.

Samedi 15 et dimanche 16 janvier
La plaisante et ioyeuse histoyre par Arno Bertina
On lit et on entend, ça et là, souvent, que la littérature contemporaine française ne vaudrait pas tripette, et qu’en regard des grands classiques, ou des Américains, elle ne ferait pas le poids. Je suis convaincu du contraire, et vous propose de découvrir ou de relire avec moi les écrivains contemporains qui me semblent parmi les plus inventifs, en lien avec les classiques qu’ils font revivre à travers leur plume. L’enjeu est de taille : il s’agit de montrer que les livres les plus étonnants entretiennent souvent – et peut-être toujours – un rapport amoureux aux formes et aux « pratiques héritées ».

Samedi 5 et dimanche 6 février
Self-portrait as a landscape par Yan Allegret
Comment faire un portrait de soi à travers la description d’éléments extérieurs à soi ? À travers ce travail, nous chercherons à remettre à jour un lien initial, premier, qui, au-delà des différentes identités sociales, culturelles, que la modernité nous demande de porter, nous permet d’être parfois arrêtés au bord de la route face à un arbre et de ressentir sans pouvoir se l’expliquer le sentiment de l’appartenance. Si bien qu’il ne deviendrait plus inconcevable, un jour, de dire ou de comprendre cette phrase : « Je suis l’aube et je suis la nuit. »

Samedi 19 et dimanche 20 mars
La désautobiographie par Jean-Pascal Dubost
Ou comment parler de soi sans parler de soi ou comment l’autobiographie peut se diluer dans le texte ou comment délyriquer sans délirer ou comment ne pas dire « je » et se faire « pas-je » ou comment passer un pacte non-autobiographique ou comment être soimême la matière de son poème sans être subjectif exagérément ou comment transformer la matière personnelle en énergie ou comment se jouer de soi, s’éviter pour mieux se revenir. Cet atelier est conçu en pensant au philosophe américain William James (« le mot chien ne mord pas ») et au poète français James Sacré (« Le renard est un mot qui ruse ») : le mot « je » est un mot qui ruse.



Samedi 9 et dimanche 10 avril
Des maisons sur la terre : voyages entre rêve et réalité par Gisèle Bienne
Maisons de tous les jours ou maisons d’exception, maisons habitées « de la cave au grenier », ou appartements des villes et des cités ; logements précaires, coins secrets, chambres, cabanes, ruines, traces : que l’on se sente sédentaire ou nomade, tout ce qui tient lieu aux hommes de maison sur la terre pourra être convoqué sur la page sous les formes littéraires les plus diverses, récits, lettres, nouvelles, témoignages, chansons…

Samedi 21 et dimanche 22 mai
En vivant, en écrivant par Lorette Nobécourt
Comment l’écriture est-elle liée à la vie, comment s’inscritelle dans le fait de s’éprouver vivant au monde ? Tressée à la parole, au silence, à la lecture, à l’écoute, l’écriture est une façon d’exister, c’est-à-dire d’être à sa place, debout, stable. Découvrir cette « existence » dissimulée dans les plis du langage, c’est prendre connaissance – soit naître avec – de celui qui en nous est porteur d’absolu. Il ne s’agit pas tant d’apprendre des techniques d’écriture, que de s’approcher de l’être qui vit dans le corps de la lettre.

Samedi 4 et dimanche 5 juin
Clefs d’écritures longues : questions et pistes de travail pour le roman qui s’écrit par Michel Ducom
S’engager dans l’écriture prend le visage d’instants relativement brefs et répétés ou celui de la tentative d’une écriture longue. C’est celle-ci que nous interrogerons pendant deux jours. Au passage nous ne manquerons pas de dévoiler quelques-uns des secrets de toute écriture, avec l’intention de favoriser des mises au travail ultérieures efficaces et des aventures d’écritures nouvelles et fortes, en abordant le rapport de maîtrise/non-maîtrise qui les accompagne et les pièges des fausses éditions, en assumant le statut d’auteur dès le début de sa tentative, en mettant en place une usine à idées...

-------



Le Grand R
Saison 17—18

Scène nationale
La Roche-sur-Yon
Renseignements au 02 51 47 83 83


Le Grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon, établissement d'action culturelle appartenant au réseau de la décentralisation artistique et culturelle
Licence d’entrepreneur de spectacles 1-1075762, 1-1075763, 1-1075764 / 2-1075765 / 3-1075766