Rejoignez-nous sur Facebook


SAISON 1213

  • JPEG - 46.1 ko

Stages d’écriture 2012-2013

Maison Gueffier

Stage Deux jour pour écrire
55 € le stage
45 € pour les détenteurs de la carte Grand R
Tarif réduit (sous conditions de ressources) :
20 € avec carte Grand R
30 € sans carte Grand R


La Maison Gueffier

Les ateliers lecture et écriture

Les expositions

Contacts


Bookmark and Share


STAGES « DEUX JOURS POUR ÉCRIRE »
10 propositions d’écriture par un écrivain invité.
Le samedi de 14h à 18h30 puis le dimanche de 10 h à 17h.




Je, tu, il
Par Emmanuel Adely
samedi 29 et dimanche 30 septembre
dans le cadre du festival Météores (stage gratuit pour les moins de 26 ans)
La plupart du temps une histoire (un roman, une nouvelle, un texte) s’écrit avec des personnages qu’on découvre, qu’on voit vivre, qu’on entend parler... Mais on se penche rarement sur la façon dont ces personnages nous sont « donnés » ou « dévoilés ».
Sont-ils un « je » immédiat (« Longtemps je me suis couché de bonne heure ») ? Sont-ils un « il » (« La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide ») ? Ou encore un « tu » ou un « vous » (« Vous avez mis le pied gauche sur la rainure de cuivre, et de votre épaule droite vous essayez en vain de pousser un peu plus le panneau coulissant ») ?
Ces trois approches modifient profondément la texture d’un texte et la façon dont on l’aborde, elles bouleversent l’évidence narrative.
Pratiquement, il s’agira d’inventer une histoire à partir de la constitution de quelques personnages, de leur ossature narrative (qui, quand, que leur arrive-t-il...), puis de raconter cette histoire d’abord en utilisant le « je », puis en passant au « il », enfin en testant le « vous » : une même histoire, en somme, et cependant absolument différente, modifiée, transformée, qui, à l’arrivée, permet à chacun de de découvrir quelques enjeux de l’écriture.

Danse et poésie
par Stéphane Bouquet
samedi 13 et dimanche 14 octobre
Ce stage aura lieu au Studio de danse (salle du Manège)
Écrire des poèmes assis derrière sa table et danser dans un studio – les deux activités semblent difficilement conciliables. Alors pourquoi le poète Malherbe put-il dire d’un ton assuré que la poésie est la danse ? Et le pire, c’est qu’il ne fut pas le seul à être convaincu que la danse et la poésie avait des rapports intimes, profonds, mais souvent inaperçus. L’atelier se propose à travers des lectures de textes de poètes anciens et d’aujourd’hui, français et étrangers, et des expériences « corporelles » d’écriture de tester quels drôles de liens peuvent unir danse et poésie.

L’autre
par Velibor Čolić
samedi 17 et dimanche 18 novembre
Un homme sage du Sénégal a dit : « L’étranger te permet d’être toi-même, en faisant, de toi, un étranger. » Une proposition d’écriture, donc, et une réflexion aussi, sur nous et les autres, sur l’identité de chacun de nous. Sur nos points communs et nos différences.
Finalement, dans chaque Homme il y a un peu de tous les Hommes. Nos destins sont liés, il n’y a pas une seule patrie ni un sol unique, le destin d’un homme peut devenir le destin de nous tous. C’est ainsi qu’on peut, qu’on doit, au lieu de dire eux et ils dire tout simplement nous.

Pour qui on se prend ?
par Anne Luthaud
samedi 8 et dimanche 9 décembre
Pour qui on se prend quand on écrit (ou la question de l’empathie) ? Pour quel autre ? Quel autre rencontré, lu, regardé, écouté, quel autre dont on se souvient, qui nous traverse, que l’on invente ? Et comment fait-on avec cet autre une fois qu’on l’a choisi, retenu (comme élu ) ?
Ces corps et ces voix qui entrent dans la tête, dans le corps, par quel trajet, quelle contamination produisent-ils des sons, des images, des textes ? On ne cherchera pas la raison des trajets. On s’y laissera porter.
Et pendant deux jours on essayera de vivre à la place d’un(e) autre que l’on s’inventera. Avec lectures et écriture.

Le personnage, le portrait
par Mona Thomas
samedi 12 et dimanche 13 janvier
De quels arrangements se paient les passages de l’un à l’autre, par où les lignes de partage, où sont les failles ?
À bout de quels troubles devient-on l’acteur de sa propre histoire ?
Quels effets de miroir, ricochets ou reflets inventent la vérité d’un visage ?
Le portrait n’est pas statique mais éprouvant, mouvant, bouleversant. Qu’est-ce qui lui donne vie et couleurs ?
En quoi écrire c’est ce qui rend la vie plus intéressante que l’écriture ?

Écrire depuis l’enfance
par Marie Chartres
samedi 16 et dimanche 17 février
Il est coutume de dire que la littérature jeunesse est un genre mineur parfois bon à ranger près des livres de cuisine. Il s’agira durant ces deux jours de stage de prouver le contraire et de conclure même à un sacrilège. On écrit ce qui nous est nécessaire. L’enfance, l’adolescence. Ne pas écrire sur, ni pour mais toujours écrire depuis. Ce sera aller écrire depuis l’enfance dans l’attente de celle des autres, de ses ouvertures, de ses mouvements, de ses métamorphoses. Et reconnaître que l’enfant a droit à l’ambiguïté, à la polysémie. Nous explorerons ce qui subsiste en nous.

Littérature pauvre
par Anne-James Chaton
samedi 23 et dimanche 24 mars
« Littérature pauvre », c’est ainsi qu’au fils des ans j’ai appris à nommer mon écriture, soit une poésie née de la rencontre quotidienne de ces écrits anodins dont notre vie est abreuvée.
L’atelier que j’animerai consistera à porter un regard différent sur ces textes, à les lire avec un oeil nouveau afin d’en recouvrer les sens possibles. Et parce que mon cheminement m’a conduit sur les scènes de ce que l’on appelle la poésie sonore, cette relecture s’accompagnera de probables incursions sonores. Nos outils seront donc tout aussi bien la feuille, le stylo, l’ordinateur que l’enregistreur et le microphone.

Dissolution du réel
par Guillaume Lebrun
samedi 13 et dimanche 14 avril
Il est indéniable que le réel se dissout peu à peu lorsqu’on ne lui accorde que la place qu’il mérite. La distorsion qui se produit alors d’un point de vue littéraire est appelé autofiction. Mais l’autofiction ne se réduit pas à un seul individu, une seule vie. Elle peut agir sur toutes les fictions collectives, y compris historiques, petites ou grandes haches.
L’atelier que je propose s’attachera donc à faire rendre gorge au réel à travers une figure historique oubliée ou méconnue, dont nous devrons recomposer l’existence, autant dire lui réinventer une vie.

Écrire l’événement
par Frédéric Dumond
samedi 25 et dimanche 26 mai
Nous sommes tous traversés, à différentes échelles et temporalités, de l’écho du monde, de ce qui se passe hors soi. Ces flux de mots, d’images, de récits, proches ou issus de territoires lointains, qu’en faire ? Comment écrire cette énergie du monde en train de se faire, en nous et en même temps autour de nous, de chacun d’entre nous ? Cet atelier travaillera la langue comme rythme. C’est-à-dire, exactement et de manière absolument multiple, se demandera de quelle nature est l’événement dans la langue, comment, donc, s’écrit l’événement.

Le roman ou la métamorphose du documentaire
par Joy Sorman
samedi 8 et dimanche 9 juin
Il y a mille et une façons de trouver une idée de roman, de nourrir son inspiration, d’activer le désir d’écriture, d’avoir des choses à dire, à raconter.
Il y en a, j’en fais partie, à qui l’imagination manque, ou qui ont besoin d’un point d’appui, de départ, d’impulsion, dans une matière documentaire, une forme de matériau réaliste. La littérature se nourrit depuis toujours d’informations documentaires, c’est-à-dire de données précises et circonstanciées sur la manière dont les individus vivent et travaillent.
On s’intéressera dès lors à la façon dont la littérature, l’écriture et la langue filtrent les documents accumulés par l’auteur pour informer son récit (qu’ils soient issus d’entretiens, de lectures, de reportages sur le terrain, d’enquêtes, d’archives etc.), c’est-à-dire à la façon dont elles les transforment en une sorte de fantaisie réaliste tout en les tenant à distance.



Le Grand R
Saison 17—18

Scène nationale
La Roche-sur-Yon
Renseignements au 02 51 47 83 83


Le Grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon, établissement d'action culturelle appartenant au réseau de la décentralisation artistique et culturelle
Licence d’entrepreneur de spectacles 1-1075762, 1-1075763, 1-1075764 / 2-1075765 / 3-1075766