Rejoignez-nous sur Facebook


SAISON 1314

  • JPEG - 36.4 ko
    © Doris Lê - Heritage(s)Productions
  • JPEG - 26 ko
    © L’Arche Éditeur M. Chiappone-Lucchesi

Léonora Miano

Résidence du 25 novembre au 1er décembre 2013 et du 6 au 10 janvier 2014

Lecture publique
Jeudi 28 novembre
19h
Studio de danse du Manège

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Réservation conseillée.


Atelier « Livres en poche »
Tels des astres éteints de Léonora Miano
Mercredi 27 novembre, de 18h30 à 20h, Maison Gueffier

Gratuit - Inscription à la billetterie, salle du Manège


Stage « Deux jours pour écrire »
La scène inaugurale
Samedi 30 novembre et dimanche 1er décembre, Maison Gueffier
(le samedi de 14h à 18h30 puis le dimanche de 10h à 17h)

Bibliographie

L’Intérieur de la nuit, Plon, 2005 / Contours du jour qui vient, Plon, 2006 / Afropean Soul, Flammarion, 2008 / Tels des astres éteints, Plon, 2008 / Soulfood équatoriale, Robert Laffont, 2009 / Les Aubes écarlates, Plon, 2009 / Blues pour Élise, Plon, 2010 / Ces Âmes chagrines, Plon, 2011 / Écrits pour la parole, L’Arche, 2012 / Habiter la frontière, L’Arche, 2012

« Celles qui inventent un langage nouveau Celles qui ne croient pas à l’achèvement du monde Celles qui brisent les cloisons factices Celles qui accouchent de l’à-venir se disent : Afropéennes. »
(Écrits pour la parole)

Léonora Miano est entrée en littérature avec une trilogie romanesque consacrée à un pays imaginaire, le Mboasu, qui interroge les problèmes de l’Afrique subsaharienne : les plaies non refermées de la mémoire (la traite, l’expérience coloniale), les guerres et leur cortège de violences, le poids des traditions… Sans complaisance pour quiconque – le mot est absent de son vocabulaire. Dans une langue aussi colorée que la parole des conteurs, tour à tour chatoyante et sombre.
Elle raconte aujourd’hui le quotidien de personnages qui ont en commun d’être noirs, d’être nés en Afrique ou d’origine subsaharienne, de vivre en France aujourd’hui : des Afropéens.
« Afropéen » est un terme à la fois poétique et prophétique. Le néologisme dit la difficulté, la douleur parfois, à vivre entre deux cultures, deux pays, entre identité subie (l’autre, l’exclusion) et entretenue (les racines, la mémoire). C’est un appel à transformer les fractures intérieures en zone frontière, c’est-à-dire de passage et de lien, de créativité.
Être Afréopéen(ne), c’est aussi avoir en partage un univers musical, du jazz au r’n’b’, dont la souplesse, les mélodies comme les dissonances pulsent dans les phrases de Léonora Miano.

Née en 1973 au Cameroun, elle vit en France depuis 1991.
Léonora Miano vient de remporter le prix Femina et le Grand Prix du roman métis pour son dernier roman, le magnifique Saison de l’ombre.
Elle a reçu de nombreux autres prix prix littéraires dont le prix Louis-Guilloux en 2005, le prix Goncourt des lycéens en 2006, le Grand prix littéraire d’Afrique noire en 2011 et le prix Seligmann 2012 contre le racisme.



Le Grand R
Saison 17—18

Scène nationale
La Roche-sur-Yon
Renseignements au 02 51 47 83 83


Le Grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon, établissement d'action culturelle appartenant au réseau de la décentralisation artistique et culturelle
Licence d’entrepreneur de spectacles 1-1075762, 1-1075763, 1-1075764 / 2-1075765 / 3-1075766