Après En finir avec Eddy Bellegueule, Édouard Louis revient sur l’histoire de son enfance. Un chant d’amour au père et un manifeste citoyen porté à la scène par Stanislas Nordey.

C’est l’histoire d’un retour. Celui d’Édouard Louis qui, après des années d’absence, décide de renouer avec son père. Il retrouve cet ancien ouvrier diminué, le corps détruit par un accident de travail qui a entraîné sa mort sociale. Entre intime et politique, le jeune écrivain nous plonge dans ses souvenirs d’enfance tout en procédant à un véritable « J’accuse ! ». Il dénonce les nombreuses réformes qui ont mis à mal, dans notre pays, les droits et l’existence même des plus démunis de nos compatriotes.

Après Clôture de l’amour en 2013, Stanislas Nordey revient au Grand R avec toute la force militante et la sensibilité humaine d’une écriture qui

ne répond pas aux exigences de la littérature, mais à celles de la nécessité et de l’urgence, à celle du feu.

Rendant justice aux oubliés de notre société, le directeur du Théâtre national de Strasbourg donne corps à un théâtre de la confrontation. Un théâtre de lutte  citoyenne qui

parle pour ceux qui n’ont pas la parole.

Dates et horaires

Mar. 5 & Mer. 6 mai 2020

Où ? Comment ?

    • Mar. 5 mai 2020 | 20h30
      Mer. 6 mai 2020 | 19h
      Le Manège
  • Durée 2h
  • Tarif B

Texte : Édouard Louis
Mise en scène : Stanislas Nordey
Collaboration artistique : Claire ingrid Cottanceau
Assistanat à la mise en scène : Stéphanie Cosserat
Avec : Stanislas Nordey
Lumière : Stéphanie Daniel
Scénographie : Emmanuel Clolus
Composition musicale : Olivier Mellano
Création sonore : Grégoire Leymarie
Clarinettes : Jon Handelsman
Sculptures : Anne Leray et Marie-Cécile Kolly
Le décor et les costumes sont réalisés par les ateliers du TNS.

  • Qui a tué mon père ?

  • Qui a tué mon père ?

  • Qui a tué mon père ?

À voir également au Grand R